Pourquoi nos enfants n’iront pas à l’école à partir du 11 mai

  • par

Au moment où je rédige ces quelques lignes, le 30.04.2020, nous avons une date (le 11/05/2020) et un plan de déconfinement assez précis yes.

Sans entrer dans les détails, les explications données par notre gouvernement sont claires:

  • le déconfinement aura lieu à compter du 11 mai 2020
  • l’axe central du déconfinement est le retour progressif à l’école de nos enfants
  • les commerces ré-ouvriront en grande partie
  • le tout se faisant par étapes successives (les effets étant analysés en « temps réel » afin d’ajuster au besoin).

Tout cela en maintenant un respect des règles sanitaires de base qui sont les gestes barrières et le maintient d’une distanciation physique entre les individus (1 mètre ou plus).

No School
No School

La réouverture des écoles, une décision politico-économique

Si il est clair que nous ne pouvons rester confinés indéfiniment, le choix de débuter la phase de déconfinement par celui des écoles, de surcroît en commençant par les plus petits, est discutable tant au niveau du bon sens commun que médical.

Les enfants sont des vecteurs de l’épidémie tout autant que les adultes. La multiplication des interactions adultes*enfants engendrée par la réouverture des écoles n’est qu’un facteur facilitant la circulation du virus.

Alors pourquoi cette décision ?
Le politique ne s’en cache pas, c’est avant tout pour permettre le redémarrage de notre économie en libérant les parents de leur progéniture mais aussi pour essayer (tant bien que mal) de rattraper les élèves décrocheurs.

On ne peut blâmer notre gouvernement qui essaie par ce plan de déconfinement de limiter la casse économique et sociale de notre pays.

La prise de risque est de voir une reprise nette et peut être plus importante de l’épidémie Covid-19 dans les 2-3 semaines post 11 mai avec les conséquences que nous connaissons: difficultés d’accès aux soins, hôpitaux saturés, ….etc.

Doit-on envoyer nos enfants à l’école à partir du 11 mai ?

Nous sommes dans la même situation, mon épouse et moi, que de nombreux parents, les questions et les idées se bousculent dans nos têtes:

  • Doit-on renvoyer nos enfants à l’école le 11 mai 2020 ?
  • Nos enfants ne risquent-ils pas de décrocher scolairement ?
  • Ne privent-on pas nos enfants de certains moments indispensables à leur accomplissement….

Les questions sont nombreuses et sont mêlées à des sentiments de culpabilité, d’impuissance et de doute.

C’est pour tout cela que je partage ici notre prise de décision qui je l’espère aidera d’autres parents. 

Pour prendre notre décision, nous avons fait non pas un tableau « Pour ou contre » mais juste un état des lieux de ce que nous savons:

  1. Le gouvernement nous laisse le choix !
    Pour le moment, notre gouvernement nous laisse le choix de mettre à l’école ou non nos enfants à partir du 11 mai. Et assure que les supports (les instits et profs) permettant de continuer l’école à la maison resteront actifs. C’est déjà une excellente chose !
  2. Pas de transports scolaires, ni de cantine, ni de garderie…
    Pour le moment à la date du 11.05, ni le transport, ni la cantine, ni la garderie du matin ou du soir ne seront disponibles pour les écoles de nos enfants. Ce qui ne facilite pas du tout les choses dans l’organisation de nos journées de travail « normales ».
  3. Une sécurité sanitaire qui pose problème
    Pas de port du masque obligatoire pour les enfants du primaire, des effectifs par classe réduits certes mais en milieu fermée tout de même (on ne voit pas comment faire autrement… ils ne vont pas travailler dehors me direz-vous cheeky).
  4. Des effets secondaires mal connus
    Les études sont en cours et il faut rester humble comme le disent les grands scientifiques face à un virus que l’on ne connaissait pas il y a encore quelques mois. De plus, même s’ils développent peu de symptômes et sont rarement gravement touchés, on connait encore mal les effets secondaires sur nos chers bambins.
  5. Laisser la place et diminuer les risques
    Si les parents pouvant encore assurer la garde et l’école à la maison n’envoient pas ces derniers en classe, cela laisse la place à ceux qui ne peuvent faire autrement. Et cela baisse également la fréquentation des écoles et donc tend à diminuer le risque de propagation de la maladie.
  6. Le télétravail est possible pour l’un de nous deux
    Mon employeur me permet de me maintenir en télétravail et ce jusqu’à fin mai au minimum. Cela fait maintenant bientôt 2 mois qu’on assume l’école à la maison + le télétravail et on est bien rodé (je vous cache pas que les débuts ont été difficilesfrown).

Un choix pragmatique, logique et citoyen

Une fois listé ce que l’on sait et ce qu’il nous est possible de faire alors le choix s’avère assez logique: nous n’enverrons pas nos enfants à l’école à partir du 11 mai 2020.

Nous avons la possibilité de garder nos enfants et continuer avec l’école à la maison puisque:

  • Nos enfants ne sont pas en situation de décrochage
  • Un employeur permet à l’un de nous deux de rester en télétravail (jusqu’à nouvel ordre).
  • Cela allège d’autant le travail des équipes pédagogiques qui devront assurer l’école sur site
  • Cela laisse la place aux enfants qui en ont le plus besoin (décrocheurs)
  • Cela laisse la place pour les enfants de ceux qui ne peuvent faire autrement (pas de télétravail possible)

Notre raisonnement nous semble logique et il a la « vertu » de lever un éventuel sentiment de culpabilité envers nos enfants que nous « privons » temporairement de la formidable et nécessaire expérience de l’école.

*École vecteur créé par brgfx – fr.freepik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *