Notre Monde après le Covid-19

  • par
Le Monde après le Covid-19
Le Monde après le Covid-19

Il s’en est passé des choses depuis l’apparition du premier cas de Covid-19 à Wuhan (Chine) en novembre 2019, vous ne trouvez pas ? frown

Un grain de sable a grippé la machine Monde

Le Covid-19, appartenant à la famille des coronavirus (celle de nos chers rhumes annuels), est clairement devenu le facteur déclenchant de quelque chose que personne n’a jamais connu (personne de toujours vivant en tous cas). 

En quelques mois, et pour certains en quelques jours, de nombreux pays ont pris des mesures radicales jamais vues encore en temps de paix:

  • fermeture des écoles et des entreprises
  • interdiction des rassemblements
  • confinement de la population et limitation des déplacements
  • fermetures des frontières
  • fermetures des vols commerciaux

La mise à l’arrêt de l’économie Mondiale s’est faite en un temps record. Une situation qui semblait tenir plus de la science fiction s’est avérée appartenant désormais à notre réalité.
A la crise sanitaire actuelle, on nous annonce maintenant (sans surprise) une future crise économique sans précédent avec des répercussions à tous les niveaux de nos sociétés.

Que de « joyeuses nouvelles » qui ont pour effet immédiat une augmentation considérable de notre niveau de stress.
Rq: Il vaut mieux être stressé que malade…

Des conséquences immédiates mais aussi à long terme

Une catastrophe sanitaire
Evidemment dans l’immédiat c’est une catastrophe sanitaire. Et nous devons comprendre qu’elle s’installera dans la durée: plusieurs mois voire plusieurs années jusqu’à ce qu’un traitement efficace ou un vaccin efficace soit trouvé.

Cette pandémie est là et nous ne pourrons connaitre son impact sanitaire complet que dans quelques années, lorsqu’on aura « compilé » et estimé celui-ci en terme de mortalité et de complications chez les personnes qui ont été touché.
Il faudra du temps car bien que nous ayons actuellement des moyens qui nous permettent de suivre cette pandémie dans les pays dotés d’un réel système de santé (et de bonne foi), cela s’avère bien plus difficile ailleurs où il n’existe peu ou pas de suivi en santé de la population voire même pas d’état civil surprise.

Seule certitude, le coût humain est et sera considérable:

  • de nombreux décès
  • des « effets secondaires » plus ou moins graves mais pérennes chez les malades étant passé par la case réanimation (insuffisance rénale définitive, problèmes cardiaques, atteintes neurologiques…), et peut-être même chez certaines personnes n’ayant pourtant pas bénéficier de la réanimation.  
  • un choc psychologique chez les familles endeuillées qui rencontrent des difficultés pour justement faire leur deuil. Puisqu’elles sont confrontées à une situation exceptionnelle qui ne leur permet plus d’accompagner leurs proches dans leurs derniers moments.
  • des traumatismes psychologiques dans les métiers de la santé, avec des personnels soumis à un stress intense, un épuisement physique et moral. En première ligne, ils font face à un manque cruel d’équipement et un système de soins pas assez préparé…
  • et des traumatismes psychologiques pour une partie de la population confinée.

On dit déjà et on dira encore plus après qu’on en a pas fait assez, pas assez vite…

Bien que nous ayons eu « la chance » d’avoir un gouvernement qui a su prendre conscience de la gravité de la situation et prendre les mesures nécessaires en temps utiles. On peut ne pas être en accord sur certains points avec ce dernier mais il suffit de regarder autour de nous pour comprendre que d’autres ont minimisé l’événement : Espagne, Grande Bretagne, Etats-Unis, Allemagne…. L’Italie, qui a eu la malchance d’être le premier pays d’Europe touché,  s’est pris le « train coronavirus » en pleine figure.

Une crise économique profonde
Par delà l’aspect sanitaire, se profile une crise économique qui fera passer celle de 2008 (et ses Subprimes) aux oubliettes. Cette fois-ci, il n’est plus question d’une crise purement financière dont l’origine est une bulle spéculative et des emprunts toxiques complètements déments. Mais quelque chose de bien plus profond, quelque chose qui larve depuis des années déjà et qui maintenant remonte soudainement à la surface.

La guerre économique déjà lancée avant la crise du Covid-19 par les grandes puissances que sont les Etats-unis et la Chine a déjà fait des dégâts dans les économies de nombreux pays et celle-ci risque fort de se durcir.
Dans ce climat économique tendu, les relocalisations de certaines productions stratégiques et le principe de préférence des « entreprises nationales » est déjà en cours. Les exportations qui sont déjà impactées par la crise sanitaire ne reprendront pas leur niveau post-covid19. Tous les secteurs sont et seront touchés d’autant plus que ceux-ci sont liés au échanges internationaux (secteur viticole et agricole au sens large pour la France mais aussi le tourisme).
Les états déjà surendettés avant le covid-19 le seront encore plus et ne pourront de fait sauver tous les secteurs et entreprises en perdition…. il va y avoir de la casseindecision

Pour résumer la situation et sans être un réel économiste (ce que je ne suis certainement pas), un peu de bon sens mène à comprendre que les personnes comme les biens ne circuleront plus de la même façon même après le déconfinement.

Deux raisons à cela:

  • une question sanitaire qui s’installera dans la durée (Covid-19 mais aussi d’autres pathogènes à venir….c’est inévitable)
  • une question de choix politique avec des états qui ne voudront plus être autant dépendant de l’usine du Monde qui est la Chine.

De nombreuses entreprises sont et seront impactées durablement avec les conséquences que nous connaissons: baisse du CA, licenciement et pour certaines faillites.

La solution, se ré-inventer

Comment sortir de cette pandémie et comment aussi en minimiser l’impact économique ?
Tous les gouvernements et citoyens du Monde se posent cette question.
Mais ont ils la bonne approche ?
Ont-ils le bon angle d’attaque pour y répondre ?

Une chose est certaine, il n’y a pas de demi-solution n’y de demi-mesure. A une pression environnementale comme le Covid-19, seule une réponse forte et ambitieuse de l’organisme Monde doit être apportée. Et celle-ci doit s’articuler autour d’un thème commun: nous ré-inventer !
Ceux qui  essayeront d’apporter une réponse en gardant comme objectif ou référentiel le Monde d’avant s’engageront dans une voie sans issue.

Se ré-inventer… oui… mais comment ?
Il nous faut repenser notre modèle économique et les priorités qui lui sont attachées.
Sur la solution à mettre en place, je rejoins dans les grandes lignes les réponses apportées par l’ONG Positive Planet initiée par Jacques Attali.

Positive Planet
Positive Planet

Tout est dans le titre, « Créer un Monde meilleur pour les générations futures »

Le politique doit construire une société autour de tout ce qui touche à la vie:

  • un système de santé performant et déconnecté de toute logique de rentabilité
  • une production alimentaire et agricole accès sur le local, le national et surtout sur la qualité et la mesure de l’impact sur notre environnement
  • une production énergétique décarbonnée et indépendante
  • une politique des transports qui donne à tous la possibilité de nous déplacer en minimisant l’impact environnemental
  • une éducation de qualité
  • une recherche publique forte
  • …..

Nos décideurs doivent être au rendez-vous et ne pas reproduire indéfiniment les mêmes recettes qui aboutiront aux mêmes résultats.

Mais ils ne sont pas seuls à devoir réinventer notre société. Ils sont là pour donner une direction et y donner un cadre légal.

C’est aussi à nous « simples citoyens » de nous impliquer totalement dans les changements de notre société.

Ce sont nos habitudes de consommation, nos déplacements, notre de mode de vie qui doivent dorénavant s’articuler autour de l’idée commune qu’ils ont tous un impact sur nous et nos enfants mais aussi les générations futures.
Nous devons être acteurs du changement dans nos foyers, nos entreprises, nos écoles, nos associations…. bref partout où nous sommes impliqués.

Le Covid-19, un facteur d’évolution Darwinien de nos sociétés…

Ouh là…. j’espère que je ne vais fâcher personne avec ce titre…. angel Je vais essayer d’expliquer cette idée et comprendre ce qu’il en découle.
Avant tout, je le dit encore: cette pandémie est clairement dramatique, humainement, sanitairement et économiquement.

Mais elle était inéluctable et même prévisible, de nombreuses personnalités (Bill Gates, Jacques Attali… et bien d’autres) ont essayé depuis des années de nous avertir sur le sujet. Ils ne sont ni mages, ni devins mais simplement attentifs à ce que nous dit la science et notre histoire (d’autres pandémies ont déjà eu lieu dans l’histoire de l’humanité) et les causes d’aggravation sont toujours les mêmes: manque d’hygiène, surpopulation et mouvement de population.

Nous n’avons jamais été aussi nombreux sur Terre et notre impact sur celle-ci n’a jamais été aussi important. La surpopulation, le volume sans cesse croissant de nos déplacements et une surconsommation des ressources sont autant de facteurs accélérant l’apparition et la propagation de nouvelles maladies.

Nous sommes donc à l’origine de cette pandémie dont nous avons pas voulu voir le risque et dont nous n’avons pas anticiper les conséquences.

Mais il faut peut être (et même surement) y voir un côté positif, celui d’un inducteur fort de l’évolution de nos sociétés et de nos modes de vie. Il faut accepter mais aussi lutter contre les effets néfastes de cette crise Covid tout en voyant plus loin en inventant un nouveau Monde.
En fait si on y réfléchi, nous n’avons pas le choix. Nous devons changer sous la pression de ce facteur d’évolution sinon il n’y aura pas d’issue. Et nous ne devons pas perdre de temps, le changement doit se faire maintenant !

Quelques idées d’évolution partico-pratiques:

  • les restaurateurs doivent s’adapter en permettant la livraison de repas ou le drive (certains l’on déjà bien compris)
  • le télétravail doit devenir la norme pour tous les emplois qui le permettent
  • le transport aérien (gros pollueur) doit s’assainir par la diminution de la fréquences des vols et donc en finir avec les lignes à bas coût (aberrations écologiques)
  • les course alimentaires doivent s’effectuer principalement en drive avec des produits ayant le moins d’emballage possible (faciliter le vrac)
  • lutter contre l’obsolescence programmée de l’électroménager ou de l’électronique
  • favoriser par tous les moyens financiers l’agriculture bio et l’indépendance alimentaire (création de nombreux emplois à la clé)
  • …… etc

Il nous faut lutter contre cette pandémie Covid c’est certain mais nous ne devons pas nous arrêter à cela, ce serait une erreur. Il nous faut nous appuyer sur celle-ci pour réinventer notre Monde en ayant pour seul objectif les générations futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *